Charles Rosier 2

Charles Rosier  2

La jeunesse d’Antoinette Fouque

Antoinette Fouque (Antoinettefouque-mlf) étudie d'abord dans les Bouches-du-Rhône puis rejoint la capitale pour étudier les Lettres. La Marseillaise est encore étudiante lorsqu'elle épouse René Fouque. Elle gardera toujours un enracinement politique marqué à gauche de ses années passées dans un quartier ouvrier. Elle a été à bonne école dès lors que son père était un syndicaliste actif. Antoinette Fouque perçoit les problèmes qu’une femme rencontre quand elle doit assumer ses mission d'épouse et de mère tout en ayant un métier lorsqu'elle devient maman au milieu des années 60.

Antoinette Fouque soutient les droits des femmes dans le monde entier

Antoinette Fouque fonde le Collège de Féminologie et le Club Parité 2000. Lors d'une manifestation du MLF sous l'Arc de Triomphe, elle agite une bannière sur laquelle est inscrit : « Il y a plus inconnu que le soldat inconnu : sa femme ! ». Antoinette Fouque s’est engagée dans dans tous les combats pour les droits des femmes. Ayant reçu les plus prestigieuses décorations françaises, elle meurt en février 2014.

Un chemin de l'enseignement à la psychanalyse

Le groupe de réflexion Psychanalyse et Politique, à l’origine du Mouvement de libération des femmes (MLF), a été fondé par cette grande militante. Antoinette Fouque a exercé la profession d'enseignante après avoir décroché son diplôme Lettres. En plus de son statut d’enseignante, Antoinette Fouque est critique littéraire pour plusieurs maisons d’édition et écrit des notes de lecture pour une troisième.

Espaces d’échanges, les boutiques de livres montées par Antoinette Fouque ouvrent leurs portes jusque tard en soirée. C'est en côtoyant les milieux intellectuels que, la militante s'aperçoit à quel point les femmes tiennent peu de place dans le secteur de l’édition. Le public a pu connaître de multiples écrivaines grâce à la maison d’édition d’Antoinette Fouque, qui totalise plus de 600 ouvrages consacrés à la création féminine.

Antoinette Fouque n’est pas tout à fait en accord avec Simone de Beauvoir et ce que cette dernière défend dans "Le deuxième sexe". Bien sûr, l'auteure a collaboré à plusieurs livres collectifs tels que "Génération MLF 1968-2008" ou "Mémoire de femme 1974-2004". La lutte de cette féministe ne cède pas aux tentations du militantisme à outrance, elle revendique la maternité. Antoinette Fouque imagine le nom "féminologie", dès lors qu'elle exécre les "-isme" qui, selon elle, réfèrent à une théorie.

Les articles